Jusqu’où peut vous emmener l’auto-hypnose ?

L’hynose sent le souffre, la magie noire et la manipulation mentale. Pourtant, elle permet réellement d’accompagner des personnes en souffrance vers un mieux être. La PNL, une version modernisée et revisitée de l’hypnose, a mis un gros coup de fraîcheur à notre rapport avec la transe hypnotique et les états modifiés de conscience. On sait maintenant que les états hypnotiques font partie du fonctionnement normal et habituel de notre cerveau. L’auto-hypnose permet d’explorer notre esprit, nos pensées et nos émotions en toute autonomie : jusqu’où peut elle nous emmener ?

 

L’auto-hypnose : un refuge au croisement du corps, des émotions et de l’esprit

 

L’auto-hypnose, avant de devenir thérapeutique, est d’abord une exploration du psychisme. Il suffit d’enfiler sa combinaison de psychonaute pour partir à la découverte de vos mondes mentaux inexplorés. Mais pas seulement : découvrir les états de conscience modifiés peut vous amener à scanner tout votre corps et à identifier vos émotions.

C’est donc une expérience unifiante qui permet de mieux vivre, en harmonie,  avec les différentes parties qui constituent la personnalité et le sentiment d’être soi.

 

L’expérience de la transe autonome

 

En hypnose, on cherche à atteindre un état de transe, or dans notre culture occidentale, ces états sont généralement atteints grâce à l’alcool, les drogues, la musique ou la danse. Pratiquer l’auto-hypnose, pour caricaturer, c’est un peu comme vouloir être drogué sans prendre de drogue.

Résultat : avec l’auto-hypnose vous apprenez à planer au-dessus des croyances et des conceptions figées que vous avez de vous-même. Vous parvenez même à découvrir des parties de votre personnalité qui n’arrivent pas à s’exprimer dans votre « état normal ».

 

Votre mindset revu et corrigé

 

La réalité, pour un être humain, est toute relative. Elle n’est qu’un bricolage entre des faits, des souvenirs, des rêves, des sensations et des fantasmes. Nous obtenons régulièrement des preuves tangibles que notre cerveau, et notre mémoire, nous joue des tours.

Pour vraiment profiter de l’hypnose, il faut être prêt à s’inventer des histoires qui remplacent les vieilles rengaines que nous traînons depuis des années ou que nous héritons de nos ancêtres. Il faut accepter de traficoter ses souvenirs pour les rendre acceptables et créateurs de vie. Il faut devenir metteur en scène de toutes nos parts intérieures qui s’affrontent dans le théâtre de nos boîtes crâniennes.

 

Une reconnexion avec un monde sacré

 

Rentrer en contact avec nos émotions et nos peurs, c’est parfois explorer des zones de nous-mêmes qui semblent ne pas nous appartenir. On découvre parfois des films intérieurs qui semblent venir de très loin.

Les cultures qui pratiquent la transe l’utilisent pour communiquer avec les ancêtres. Quelques soient vos croyances ou votre religion, la transe hypnotique permet d’avoir accès à un monde spirituel et aux racines de la vie. Elle permet donc aux hormones du bonheur de se répandre plus facilement dans notre corps.

 

Dépasser les peurs et apprivoiser la douleur

 

Enfin, grâce à l’auto-hypnose, il est possible de gérer et faire baisser le stress et la douleur. Comment ça marche ? C’est encore un mystère. Mais ce qui est certain c’est qu’en apprennant à accepter et accompagner ses réponses émotionnelles, on augmente sa capacité à supporter la douleur, voire même à ne pas la ressentir du tout. Ça peut toujours servir.

 

Morgane Fée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :