A quoi sert la Google Search Console ?

Google est le moteur le plus utilisé en France, et dans le monde. Avant de générer du trafic organique avec votre blog, il faudra que votre site soit indexé sur le moteur de recherche pour que les internautes vous trouvent sur internet. Google Search console est un des outils indispensables de votre référencement : apprenez à interpréter ses résultats pour améliorer votre classement dans l’incontournable moteur de recherche. Cet article est destiné aux débutants et reprend dans un langage accessible ce que les experts ont du mal à expliquer simplement.

Contrôler l’indexation des publications du blog

La première chose que j’ai faite après avoir lu mon premier article sur le SEO a été de me précipiter sur tous les outils d’analyse présentés pour les installer sur mon blog. J’ai perdu du temps et je n’ai rien appris.

Ne faites pas ça ! Si votre blog a moins de trois mois et peu ou pas de contenu, Google Search Console ne vous apprendra strictement rien. Google Analitycs non plus d’ailleurs… Vous pouvez créer un compte gmail et le relier votre site internet mais arrêtez-vous là. En reliant les outils à votre blog, les statistiques commencent à s’enregistrer. Si je retrouve une capture d’écran de cette époque-là, je la rajoute à l’article, vous serez définitivement convaincu…

Ce que vous devez faire en tout premier lieux, c’est de créer du contenu de haute qualité.

« Oui, mais j’ai trop envie de savoir !!!! » Bon je t’explique… Le rôle de Google Search console est de faire un rapport sur l’indexation de ton site. L’indexation, c’est le nombre de pages ou d’url que les robots de Google a parcouru et indexé dans son énorme base de données.

Dans un premier temps, il n’est pas directement question du trafic du site, mais plutôt du nombre de fois où les pages ou les articles du site apparaissent dans les résultats du moteur de recherche.

Dans le détail, ça donne quoi ?

Observer les performances de mon blog ?

Dans ce chapitre, vous allez tout savoir sur les différentes catégories de la Google Search console. Passons sur la vue d’ensemble et commençons par l’observation des performances. Après avoir ouvert le rapport, vous allez obtenir ce type de tableau :

google search console

Le nombre total d’impressions

Je me sens obligé de vous expliquer ce qui est pourtant déjà dit par Google quand vous cliquez sur le point d’interrogation.

Le nombre total d’impressions, c’est le nombre de fois où votre site (toutes pages confondues) est apparu dans la recherche d’un internaute. Madame Michu a écrit « maigrir du ventre » dans sa barre de recherches et les résultats en bleu sont apparus. C’est probablement là où votre article sur les chats où vous parliez des suites de l’accouchement de Chouchoute et du temps qu’elle a mis à perdre son petit ventre est apparu dans Google, à la position 253, sur la 26e page des recherches. C’est mieux que rien du tout. Pour que l’internaute clique sur votre site, il va falloir faire mieux. Il est d’ailleurs tout à faire possible que cet article apparaisse dans les recherches sur Madame Michu, puisque j’ai placé deux fois son nom… on voit dans cet exemple qu’une impression n’est pas synonyme de trafic qualifié… rien à voir avec la choucroute…

Que nous apprend le nombre total d’impressions ? Les internautes font des recherches et vos mots clés y correspondent.

Vous commencerez avec un nombre total d’impressions de 0, puis vous augmenterez doucement. Pour accélérer la progression, produisez du contenu. Le nombre de mots-clés que Google va déceler dans votre contenu augmentera le nombre d’impressions de votre site.

La position moyenne

La position moyenne dépend principalement de la concurrence sur votre thématique et de l’ancienneté de votre site. Là encore c’est la qualité de votre contenu qui fera la différence.

La position moyenne est le meilleur score de votre site en termes de positionnement. Votre objectif est d’avoir une position moyenne de 1, ou la position zéro, c’est-à-dire le premier résultat de la première page de recherche.

Sur un site de niche très peu concurrentiel ou sur une thématique localisée géographiquement, vous obtiendrez rapidement un bon score. Entre 15 et 30 par exemple, ce qui signifie que vous apparaissez théoriquement en deuxième ou troisième page. Un endroit où peuvent encore aller s’aventurer 20 % des internautes les plus téméraires.

A 65, comme souvent quand on débute, il vous reste un peu de boulot de production de contenu ou de patience avant d’obtenir un trafic organique.

Le nombre total de clics

Avec le nombre total de clic, on entre dans le trafic à proprement parler. Tant que votre site stagne en 8e page de la SERP de Google, vous n’obtiendrez aucun clic. Quand un internaute trouve votre site dans les résultats de recherche, il clique sur votre lien. Vous obtenez un clic.

A moins que votre article soit partagé via des réseaux sociaux.

Le CTR moyen

Le CTR moyen est un calcul relatif au nombre de clics et au nombre d’impressions. C’est le pourcentage d’impression ayant abouti a un clic. Que vous ayez 100 clics ou 300 000 clics, vous pouvez tout autant tourner autour de 5 % de CTR global. Un CTR varie en général de 0,05 % à 5 % généralement. On considère qu’un taux de 2 % est un taux satisfaisant. les Plus le CTR est élevé, plus les mots clés sont pertinents.

Il peut être intéressant de regarder le CTR dans le détail pour chaque article.

Comparer l’évolution des performances

Si votre blog a un peu d’ancienneté, vous pourrez observer ces données de performance sous toutes ses coutures : les 3 derniers mois, les 28 derniers jours, les 7 derniers jours… , mais également les performances par type de recherche (Web, images ou vidéos).

Faire une inspection par requête

Vous pouvez observer chaque requête sur lesquelles vous êtes positionné. C’est la vue par défaut de la Search console. Il est conseillé de fournir du contenu sur les requêtes intéressantes sur lesquels vous êtes déjà positionné avec un bon maillage interne.

Faire une inspection par page

C’est une bonne façon d’observer vos pages indexées et le nombre de fois où elles apparaissent dans les résultats de recherche. Il est courant que l’article le mieux positionné ne soit pas celui que vous espériez. C’est un bon indicateur pour enrichir vos contenus : pour séduire les lecteurs, soignez les textes qu’ils ont le plus de chance de lire.

Faire une inspection par pays

Cette synthèse est excellente pour voir si vous touchez bien la cible géographique que vous souhaitez. La francophonie ne se limite pas aux frontières d’un pays. Si votre blog propose de livrer des pizzas en vélo autour de Bordeaux, vous serez bien déçu de réaliser que vos pages sont vues par des Québécois. Deux solutions seront alors possibles : orienter vos contenus vers la France ou vendre des PDF pour apprendre aux Québécois à monter une entreprise de livraison de pizza à domicile (n’oubliez pas que là-bas, parfois, il neige).

Faire une inspection par appareil

Cette vue est très intéressante : elle vous permet de réaliser que votre blog ne s’affiche pas de la même façon dans les SERP des smartphones, des ordinateurs ou des tablettes. Le plus étonnant sera le positionnement, qui peu être du simple au double. Si votre site n’est pas responsif, un affichage massif sur smartphone sera catastrophique.

Faire une inspection par date

Elle permet de voir l’évolution des chiffres au jour le jour.

Classer les résultats par ordre croissant ou décroissant

Pour chaque catégorie (clics, impressions et position) vous pouvez classer les données dans l’ordre croissant ou décroissant. Vous pourrez ainsi comparer les données : les requêtes ou les pages les plus cliquées ne sont pas nécessairement celles qui s’impriment le plus… Chaque donnée peut vous permettre de réfléchir des heures entières à votre stratégie de contenus.

Inspecter les URL

Les robots crawler visiteront votre site, un jour ou l’autre et identifieront vos nouvelles pages. Il est néanmoins possible de leur proposer d’indexer une nouvelle page. Pour cela, il suffit de coller l’url de la page à indexer dans le champ prévu à cet effet, et de demander une indexation.

Index

Couverture

Cette section est plus difficile à comprendre, mais pourtant importante. Si votre site comporte des erreurs, elles seront référencées dans cette section. Il est fortement conseillé de les corriger.

Sitemaps

Le sitemap est la carte de votre site. Si vous envoyez ce fichier à Google, il parviendra plus facilement à explorer votre site et à l’indexer correctement.

Yoast SEO ou divers plugings proposent de générer facilement des sitemaps.

 

Comment utiliser l’outil ?

À quoi sert concrètement cet outil ? Au début, il est difficile de comprendre comment utiliser cet outil. Il n’y a aucune donnée observable et les graphiques ressemblent à un dessin que vous auriez fait les yeux fermés dans le métro. Attendez quelques mois avant d’espérer obtenir des résultats exploitables et continuez de produire vos contenus pour l’utilisateur.

La Google Search console va servir à observer le référencement de votre site et à améliorer le travail sur les mots-clés. Vous verrez très vite si les requêtes indexées correspondent à vos objectifs et si vos contenus sont correctement interprétés par Google. Si ce n’est pas le cas, travaillez sur les questions et expressions types posées par les internautes et intégrez-les dans vos textes.

Cet outil vous permet de voir ce que voit Google et par conséquent ce qui est accessible aux internautes.

Vous serez parfois étonné des requêtes principales qui sortent de vos contenus et par les articles les mieux positionnés. Faites remonter les articles moins bien positionnés en les enrichissant avec les requêtes sur lesquelles vous êtes positionné.

Morgane Fée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :